Les conséquences de la pandémie ont été assez difficiles pour de nombreux étudiants, et nos boursiers ne font pas exception. Alors que beaucoup n’ont pas pu commencer leur nouvelle année universitaire comme prévu, certains ont pu rejoindre leur université mais dans des conditions différentes. Vous trouverez ci-dessous l’expérience personnelle inspirante de trois de nos étudiants.

 

Lara Jost, Ph.D., étudiante à l’Université d’Édimbourg, promotion 2019

« J’ai commencé la deuxième année de mon doctorat à l’Université de St Andrews, en Écosse, et bien que l’état général du monde soit incertain et stressant, je me sens chanceuse. En effet, la transition vers le télétravail pour mon diplôme a été beaucoup plus facile que pour d’autres, car faire de la philosophie ne nécessite qu’un ordinateur et un bon Wi-Fi. Je peux également participer à la vie estudiantine de mon université grâce à leurs initiatives pour une expérience étudiante en toute sécurité et de nombreux groupes d’étudiants organisent des activités en ligne. De plus, j’essaie de voir les avantages de cette nouvelle ère numérique : jamais je n’ai pu interagir avec autant de philosophes intéressants vivant partout dans le monde ! Alors que je n’aurais jamais imaginé faire mes études de doctorat pendant une pandémie, les amis que je me suis faits au doctorat, mon directeur de thèse et la chaleur du département de philosophie rendent cette expérience beaucoup moins effrayante. »

Valérie Locher, étudiante Master LES, promotion 2020

« Lorsque le gouvernement britannique a décidé d’inclure la Suisse dans la liste des pays avec une obligation d’auto-quarantaine à l’arrivée au début de l’été, j’ai choisi de passer du temps avec mes grands-parents en Grèce pour éviter la quarantaine de 14 jours à mon arrivée en la Grande-Bretagne. C’était un effort vain, car juste avant ma date d’emménagement, les voyageurs des îles grecques devaient de toute façon s’isoler à leur arrivée ! Les temps sont durs : les cours sont en ligne et rencontrer des amis est un défi. Quoi qu’il en soit, je suis heureux. Mes séminaires en présentiel sont incroyablement intéressants et stimulants ; mes camarades de classe sont intelligents, passionnés et talentueux ; mes amis et mes colocataires sont des anges. Londres offre toujours une expérience vivante, belle et extraordinaire. Malgré les nombreux inconvénients compte tenu des circonstances, je ne regrette absolument pas d’être ici et je suis reconnaissant pour cette opportunité !

Yvan Schoenberger, étudiant en master à Oxford 

« Commencer à Oxford ce semestre a été une expérience assez unique pour le moins qu’on puisse dire ; avec la première inscription jamais réalisée en ligne par exemple. Et si beaucoup de choses ont dû être adaptées compte tenu des circonstances, certaines sont exactement telles que je les avais imaginées : la qualité de l’enseignement, la diversité et le calibre de mon groupe ainsi que l’abondance des ressources à notre disposition pour notre développement académique et professionnel. Même si la socialisation a été difficile, j’ai réussi à rencontrer et à me lier d’amitié avec quelques étudiants et j’espère que ces relations se transformeront en amitiés pour la vie. Les balades dans la ville avec ses bâtiments anciens et son histoire sont aussi un très beau dépaysement par rapport à l’EPFL et toute sa modernité ; j’ai hâte d’explorer les nombreux collèges une fois qu’ils rouvriront de nouveau. »